Aux 4 Sabots !

Pour tous les équi-passionnés !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Sabots' Mag, troisième du nom.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 21:48




-------------------------------------------------------------







Février est déjà là, avec le froid, la neige, et… la folie de nos chevaux ! Parce que bien sûr, on a tous une anecdote du cheval qui, excitée par le froid, a envie de faire la course pour se réchauffer. Mais on les aime pour cela aussi, n’est-ce pas ?
Mais février n’est pas que le mois de l’hiver, c’est aussi le mois de la Saint-Valentin. Je n’ai pas vu de post concernant ce sujet, sans doute un coup de la fédération des célibataires des 4 Sabots, mais ne vous laissez pas faire et venez nous dire ce que vous avez fait avec votre élu.
Je vous souhaite une bonne lecture, un grand merci à Miiss-Loé et £olliipop pour leur contribution, sans quoi cette édition n’aurait peut-être pas vu le jour. Je me répète, mais toute participation est la bienvenue, j’ai pour projet de crée une rubrique « Portfolio » avec toutes vos plus belles photos, alors n’hésitez pas à me contacter.
HL






Du bon, et du mauvais. Nous voilà actuellement à la 19ième place du classement Forumactif. Rien ne va plus, la preuve ! Alors faisons un petit effort, je sais que tout le monde n’a pas le temps d’être très actif sur le forum, mais si vous avez quelque chose à dire, n’hésitez pas, racontez-nous vos expériences, partagez vos avis, créez des sujets.
Le truc chouette, par contre, c’est le nouveau skyblog, tout beau tout neuf, retapé par Sarah. Cliquez ici, skyblog reste un grand réseau, un peu de pub, un lien vers le blog, c’est déjà un bon point.
Pour finir, l’équipe du Sabot’ Mag souhaite la bienvenue aux nouveaux membres, soyez actifs Wink.
HL






Le poney shetland


Région d’origine : Région Écosse
Caractéristiques ::
Morphologie : Poney
Taille : 80 cm à 107 cm au garrot.
Robe : Toutes sont admises. Souvent alezane
Tête : Petite au front large.
Pieds : Solides
Caractère : gentil mais parfois têtu
Conformation : petite tête bien attachée et au large front. Œil foncé, confiant et intelligent, petites oreilles droites, bout du nez large avec de grands naseaux ouverts. Corps fort et profond, dos court et très large, reins musclés. Arrière-main large et forte ; membres robustes, bonne ossature plate, canons courts, pieds solides, ronds et bien formés
Autre ::
Utilisation générale : Attelage et initiation pour les enfants
Histoire et origine ::
Il tire son nom d’un groupe d’îles situé au nord de l’Écosse, à la même latitude que le sud du Groenland. Ses origines sont incertaines ; ces poneys doivent cependant exister depuis plusieurs siècles, et peut-être même depuis beaucoup plus longtemps. Les ancêtres du poney Shetland restent encore aujourd'hui assez obscurs mais certains spécialistes pensent qu'il serait un des descendants le plus direct du poney celtique primitif.
Le shetland est petit mais extrêmement fort : il est sûrement l’un des équidés les plus forts du monde par rapport à sa taille. Très bien adapté aux caprices climatiques de ces îles nordiques et à la pauvreté de leurs pâturages, il est naturellement résistant : sa petite taille et son épaisse couche de poils lui permettent de limiter la déperdition de chaleur de son corps et donc de résister aux températures les plus extrêmes. Son action est libre et droite. Il lève bien les articulations, faculté qui est le résultat de siècles passés sur des terrains tourmentés, rocheux ou recouverts de bruyères.
Les poneys font partie de la vie quotidienne des insulaires, qui les ont utilisés pour la selle comme pour le bât, transportant tout, des céréales à la tourbe. Très petits et forts, ils étaient parfaitement adaptés au travail souterrain dans les mines de charbon. L’élevage devint florissant, mais ce n'est que vers l'année 1850 que les premiers shetlands vinrent en Angleterre pour être utilisés comme animaux de trait dans les mines de charbons. Grâce à leur robustesse, leur intelligence et à leur robe, ils sont très appréciés par les enfants. Cet équidé est un animal vif : il demande donc, à cet égard, un minimum d'expérience pour sa manipulation.
£olliipop






Félicitations pour leur première place : à Inesou au concours photo, et à Cycia au concours graphique :

Ainsi qu’à Tana pour son unique participation au concours dessin, très réussi, sur le thème du cheval médiéval :

N’oubliez pas d’aller voter pour le sondage en cours : Photo
HL






Le reculer :

Selon moi, en plus d’être un exercice primordial, le reculer est d’utilité multiple. Ce mouvement se décompose comme ceci :

D’abord controversé, le reculer est approuvé ou blâmé, mais il n’en est pas moins un exercice qui me semble très intéressant. J’ai tenté de pencher sur les bienfaits du reculer, et il se trouve que cela permet au cheval trois choses :
- Se rééquilibrer, lorsqu’il est trop sur la main, lorsqu’il de mélange un peu les pinceaux s’il est jeune, lorsqu’il trébuche souvent, le reculer lui permet de prendre conscience de l’espace qu’il prend, il apprend à coordonner ses mouvements et il lui est indispensable de se tenir de manière équilibrée pour exécuter ce pas.
- Favoriser son mouvement en avant, selon François Baucher : « L'exercice permet de reporter aisément du poids vers l'arrière-main et donc, paradoxalement de favoriser le mouvement en avant : Plus le cheval reculera facilement, plus il se portera aisément en avant, puisqu'alors les forces de l'avant et de l'arrière main se portent un mutuel secours. »
- Se reconnecter, le remettre en ordre est parfois nécessaire à son cavalier, le faire reculer lui impose d’être concentré et de reporter son attention sur les demandes de son cavalier. Cela peut également permettre d’accroître une complicité naissante, en effet, le cheval a deux points morts, le premier entre ses deux yeux, le second à l’opposé, derrière sa tête et sa croupe. Se diriger dans cette direction sans voir ce qu’il y a derrière demande au cheval de prêter un peu de confiance à son cavalier, alors attention à ne pas le trahir à ce moment-là.
Il est particulièrement simple à enseigner, avec de la patience et de l’écoute, bien entendu.
Voilà comme s’y prendre, selon ce que j’ai appris. Il existe plusieurs façons de le faire, je n’en connais que deux mais cela est bien suffisant.
La première approche du reculer consiste à poser sa main sur le chanfrein du cheval et d’exercer un appui en premier lieu faible, puis d’augmenter progressivement la pression jusqu’à ce qu’il cède. Le gros inconvénient de cette technique vient du fait que le cheval peut très facilement se défendre et fuir la pression autrement qu’en reculant. L’opportunité de lever brusquement la tête est grande, et à moins de mesure 1m80, on ne fait pas forcément le poids. De plus, cela peut s’avérer dangereux, la tête du cavalier étant à proximité de celle du cheval.
L’autre méthode, que j’utilise et qui me convient parfaitement, consiste à se mettre face au cheval (pour commencer), à ouvrir sa main gauche, paume vers le poitrail du cheval, et à poser la longe du licol entre le pouce et l’index. Il suffit de créer un mouvement vers le poitrail en fermant progressivement ses doigts sur la longe, et quitte à toucher le cheval, il faut d’abord se contenter d’un léger déport de poids avant de demander un pas entier de reculer.
Cependant, quelque soit la méthode utilisée, j’insiste sur trois choses :
1) La pression doit toujours être progressive, commencez très faiblement, soyez patient et de débuter pas votre demande brusquement, votre énergie est très importante dans cet exercice, un cheval ne s’exécutera jamais correctement si vous-même n’êtes pas calme.
2) Il faut anticiper la réaction du cheval, l’idéal étant de relâcher la pression dès qu’il s’apprête à y céder. C’est difficile parce que céder avant lui est contre productif, et céder après ne lui permet pas de comprendre qu’il a donné la bonne réponse. C’est très subtile, mais avec de l’entraînement c’est aussi quelque chose que l’on sent facilement.
3) Ne jamais laisser tomber. Si le cheval ne cède pas, il faut toujours augmenter la pression, quitte à la toucher et à monter son énergie, qui à faire du bruit et à se donner une attitude agressive, il faut toujours obtenir une réponse, aussi infime soit-elle.

Pour finir, une fois cet exercice acquis au sol, on peut aisément l’obtenir en selle, et quoi de plus agréable qu’un cheval qui recule sans qu’on ait à tirer sur les rênes ?
HL






Les soins d'hiver : Partie I : En Hiver, quelques conseils.

Article spécial pour les soins d'hiver. Voici quelques conseils pour les soins à apporter à votre cheval l’hiver.

Pour commencer, les soins des pieds. En hiver, les soins des pieds sont différents des soins d’été. Lorsque le sol est sec et du, les pieds le sont aussi, il leur arrive de s’effriter, de se fendre, et même, lorsqu’ils sont longs et pas ferrés, de se casser. Lorsque le sol est humide ou détrempé, la corne devient molle, ce qui empêche la ferrure de tenir. Il faut donc vérifier les clous régulièrement. L’humidité favorise l’apparition de certains problèmes de pied. Les seimes (fentes verticales dans le sabot) peuvent apparaître autant lorsque le sol est trempé que lorsqu’il est humide. Elles doivent impérativement être traitées par le maréchal-ferrant. Quand le sol est très boueux, l’abcès de pied est très fréquent chez le cheval. Ces abcès sont présent aussi bien chez un cheval au pré que chez celui qui est au box, car celui-ci sort moins et donc si sa litière n’est pas toujours bien entretenue, il y a une macération du pied dans un milieu humide et riche en bactéries. Ces abcès ne sont pas graves, mais ils font boiter. Il faut bien le soigner : le vétérinaire peut être obligé de vider l’abcès et de le désinfecter.
Pour le ferrage : la neige collante d’accumule sous les pieds en formant des blocs, ce qui peut provoquer chutes et glissades ; il est alors préférable de demander conseille à son maréchal-ferrant. S’il gèle, ce dernier pourra poser une ferrure antidérapante. Lorsque le cheval n’est pas ferré, il doit quand même être paré régulièrement, environ deux fois dans l’hiver.
Après avoir fabriqué sont poil d’hiver, il est fréquent que le cheval soit sujet d’une baisse de forme passagère, souvent traduite pas la plus grande fragilité des sabots. On peut alors faire une petite cure d’huile de laurier (passée au pinceau) ou de biotine (dans la ration) pour stimuler la pousse de la corne.
Pour graisser les pieds : il faut bien nettoyer les sabots, d’abord avec le cure-pied, avec la brosse voir au jet lorsqu’il fait sec (il faut donc attendre qu’ils soient sec, ou bien sécher avec un chiffon). Ensuite, graisser le sabot en insistant sur les lacunes et la fourchette, le pinceau tenu verticalement pour bien faire pénétrer la graisse. Avant de le remettre au pré ou au box, il est préférable d’attendre que l’onguent ait assez pénétré dans le pied, afin que tout ne parte pas sur la paille ou dans la boue.
Pour les soins du quotidien, il suffit de curer régulièrement les sabots pour éviter l’accumulation de boue, de cailloux ou de neige, et en cas de besoins passer le pied au jet d’eau (ne pas oublier de sécher le pied après).
£olliipop






Pearl

Chapitre 2 : La perte des repères.


J’étais allongée dans une boîte étroite qui bougeait dans tous les sens. Je ne reconnaissais pas le lieu où je me trouvais…J’essayais de me remettre debout, en vain. Mes jambes n’étaient pas d’accord. Je commençais à paniquer, mon souffle s’intensifia et je me mis à ruer en proie à une crise de panique. La boîte m’envoyait contre ses parois sans ménagements, des bruits me parvenaient de l’extérieur, les bruits d’un moteur qui crachotait, pétaradait comme il n’est pas permis. Des chevaux, entassés, hennissaient. Certains étaient à terre, d’autres ruaient. La plupart des chevaux étaient paniqués. J’en aperçu même un qui était piétiné par divers sabots, recouvert de blessures sanguinolentes. Un autre bruit, proche attira tout de même mon attention. Un autre souffle que le mien. Je me calmais, soulagée de savoir que je n’étais pas seule, abandonnée au milieu de tous ces chevaux paniqués. Ce souffle était rassurant, et il s’adressait à moi. Je levais les yeux et ne vis rien tout d’abord. Puis mes yeux s’habituèrent à la pénombre de la boîte. Je distinguais une silhouette noire comme la nuit. Seuls les yeux de l’animal brillaient, d’un éclat furieux mais affolé. Il souffla bruyamment. Je soupirais et reposais ma tête lourde sur le sol couvert de paille.
Les tressautements de la boîte cessèrent d’un coup, en même temps que les effroyables bruits du moteur. Je réussis à me lever et l’autre cheval hennit amicalement. La porte s’ouvrit dans mon dos. Certains chevaux, fous de terreur se ruèrent vers la lumière et sortirent comme des boulets de canon. Puis, il y eu un mouvement au fond, et une masse de chevaux sortit, me bousculant au passage. Je me trouvais entraînée dans une galopade désespérée. Où était passé l’autre cheval ? Je n’en savais rien. Nous franchissâmes la porte et nous retrouvâmes dans un petit pré, beaucoup trop petit pour le nombre d’équidés qui étaient présents. Nous étions très serrées et j’avais à peine la place de bouger. La boîte s’éloigna, et les Hommes refermèrent la porte du corral.
Six hommes entrèrent, munis de morceaux de corde fine, celle qui faisait très mal. Ils commencèrent à attraper des chevaux au hasard. Le petit cheval à mes côtés ne se laissait pas attraper. Il bondissait dans tous les sens, bousculant tous les chevaux se trouvant sur son passage. Je l’observais quand soudain, quelque chose se serra autour mon encolure. Je me mis à me débattre et un coup de fouet claqua sur ma croupe. Folle de rage, je me retournais pour donner un violent coup de dent à l’Homme qui me maltraitait ainsi mais un second coup de fouet claqua près de ma tête. Je tentais de galoper, mais la corde se resserrait. Une seconde corde s’enroula autour d’un de mes antérieurs et je tombais à terre. Je vis des sabots au dessus de moi, et je me fis piétiner multiples fois. Puis les cordes se tendirent, m’obligeant à me lever. Ils tiraient pour me montrer la direction à prendre, et si j’étais réticente à faire un pas, je me recevais un méchant coup de fouet. J’étais arrivée dans le monde de la violence.
On m’ouvrit la porte d’un box et on me fit entrer. Personne ne prit la peine de détacher les cordes qui me serraient. Je vis que dans ce box était déjà parqué un étalon noir comme la nuit, ainsi qu’un petit poulain qui m’était inconnu. L’étalon était celui du camion. Il était également celui qui avait quitté notre troupeau, plus tôt dans la saison. Je me retrouvais bien malheureuse, à me demander où étaient passés les miens. J’ignorais où étais ma mère, mes amies, mon troupeau. Je me posais de nombreuses questions, dont une à laquelle je ne voulais pas vraiment connaître la réponse, parce que j’avais peur ; qu’allait-t-il nous arriver maintenant ?
Des Hommes arrivèrent, et tentèrent d’attraper l’étalon. Celui ci se défendit du mieux qu’il pût, mais les Hommes finirent par l’emmener. Où ? Je n’en savais rien. J’attendis son retour, longtemps. Le petit poulain allait sans doute mourir sans sa mère. Mais qui étaient ces Hommes qui ne prenaient pas en compte le nombre de vies qu’ils allaient détruire ?
Je m’endormis, éreintée par tant de frayeurs, épuisée par ce voyage terrifiant, et souffrant de la brûlure de la corde sur ma peau.
La porte du box s’ouvrit avec fracas. Un Homme barbu, portant une casquette entra. Il mâchonnait un brin de paille et n’avait pas l’air très aimable. Il me déplut dès le premier coup d’œil. Il ricana quelque chose que je ne compris pas. Puis là, j’aperçus dans sa main, une corde fine, pareille à celles qui me faisaient souffrir depuis des heures. Il tenait également fermement une cravache et je ne doutais pas qu’il s’en servirait au moindre prétexte.
Il attrapa un des bouts de la corde qui pendait autour de mon encolure. Je n’essayais pas de l’en empêcher. Je n’en n’avais ni la force ni l’envie. Il m’immobilisa et me passa la corde qu’il tenait autour de la tête, la tordant pour former un licol qu’il me mit sans ménagements, me pliant les oreilles, la faisant frotter douloureusement sur le chanfrein. Le licol était trop serré mais il ne semblait pas l’avoir remarqué. Il me fit sortir du box. Je m’arquai sur mes jambes et refusai d’avancer. L’Homme barbu se fâcha et me frappa violement sur le bout du nez. La violence du coup me déstabilisa et je me mis en marche.
J’arrivai à une carrière ensablée. Un autre Homme s’approcha, une curieuse chose sur le bras. D’après ce que j’entendis, il s’agissait d’une selle. Je ne m’en méfiais pas, et pour le moment je regardais autour de moi, scrutant le paysage. Des dizaines de box étaient répandus sur le domaine, et les chevaux, entassés, étaient parfois quatre dans un box. Puis, un poids sur mon dos me déstabilisa d’un coup. Je fléchis sur mes jambes et partis dans une escouade de ruades. J’en décochais une, bien placée, qui atteignit le barbu dans le ventre. Il lâcha alors la corde. Je partis au galop, me jetant sur les parois pour essayer de me débarrasser de cette selle. Un Homme attrapa la corde attachée à mon licol et tira. La corde m’entama cruellement la peau mais je ne m’arrêtais pas. Quels qu’ils soient, quoi qu’ils veuillent faire, je n’avais rien demandé, je ne voulais pas de cette abominable selle ni de ce licol qui me meurtrissait le chanfrein. Je fis un saut de mouton spectaculaire mais l’Homme tenait bon. Alors, je me mis à galoper, traînant l’Homme dans mon sillage, espérant le faire lâcher prise. Un coup de feu semblable à ceux lors de ma capture éclata. Le sable vola juste à mes sabots. Je fis volte-face mais un autre coup de feu éclata, toujours à mes sabots. Terrifiée, je m’arrêtai. Un Homme, imposant, grand s’approcha. Il avait une odeur malsaine, l’odeur de la mort, l’odeur de la violence, l’odeur de la peur. Il avait l’air sûr de lui. Il n’avait pas peur de moi.
Il m’empoigna le chanfrein, me força à ouvrir la bouche, et me fourra sans aucune douceur un morceau de métal froid dans la bouche, tandis qu’un second licol, mais en cuir cette fois, s’ajoutait par dessus celui en corde. C’était désagréable, très désagréable. Toutefois, cet Homme là me faisait peur. Et j’étais paralysée. Le barbu revint et me tint fermement, tandis que l’autre, celui que j’appellerais désormais Le Grand, s’approcha.
Il mit le pied à l’étrier et se hissa sur mon dos. Lorsque son poids retomba sur mon dos, j’eus l’impression qu’un prédateur me dominait, et je n’avais pas tout à fait tort. J’avais très peur de ce qu’il pouvait alors faire, lui qui me dominait à présent. Il serra les jambes sur mes flancs et je sentis une douleur aigue me transpercer. Je fis un bond en avant, hennissant de douleur. Cette douleur, ça devait être les petits pics que j’avais aperçu, accrochés aux bottes du Grand. Le Grand, déstabilisé partit en avant et son chapeau s’envola. Le chapeau passa juste à mes côtés, et je m’affolais. Je me mis à galoper, mais plus je galopais, plus Le Grand tirait sur les rênes, me blessant cruellement la bouche. Je m’arrêtais alors, pour stopper cette douleur insupportable. La douleur dans mes flancs recommençait. Je poussais un couinement et me reçus un coup de cravache. Je repartis au galop et Le Grand tira sur les rênes à nouveau. Du sang colorait mon écume de rouge. Mes flancs saignaient. Pourtant je galopais encore et encore dans l’espoir que Le Grand tombe et cesse de me torturer ainsi.
Le Grand tira si fort que ma bouche se déchira à la commissure. Je m’arrêtai alors. Je ressentis de nouveau cette pique aux flancs. Mais que voulait cet Homme à la fin ? Je devais galoper ou m’arrêter ? Lorsque qu’il tira une nouvelle fois, j’eus si mal que je me rebiffais. Je fis une ruade très violente, qui envoya Le Grand à terre.
Une fois Le Grand à terre, je m’arrêtai, épuisée, tremblante, souffrante. Les Hommes me regardaient d’un air mauvais. Le barbu ramassa Le Grand et le fit sortir, puis il retourna vers moi. Il m’attrapa par les rênes, et me tira derrière lui, sans se soucier de l’état de ma bouche et de mes flancs. Il m’attacha à un poteau et me laissa en plan, sans rien m’enlever, ni même regarder mon état. Je soufflais bruyamment. La corde était si courte que je ne pouvais même pas baisser la tête et que je la gardais haute, dans une position inconfortable. Je restai ainsi longtemps, mais j’avais perdu la notion du temps.
Un vieil homme s’approcha de moi et tendit la main. Je me jetais en avant pour le mordre mais il se recula en murmurant d’un air contrit :
« Ma belle, qu’est ce qu’il t’ont fait hein ? Tu serais mieux à galoper »
Je m’ébrouai pour manifester mon approbation. Finalement, il était peut être gentil. Il détacha ma longe et me conduisit avec douceur dans mon box. Là, il m’enleva la selle, le filet et le licol en corde qui me faisait si mal. J’avais les marques du licol sur la peau, mes commissures des lèvres étaient déchirées et mes flancs saignaient. Je ne pouvais pas manger mon foin, car il se prenait dans les blessures de mes lèvres. Le vieil Homme, qui s’appelait Fred, lava mes blessures à l’eau, et me brossa longuement. J’aimais le contact de la brosse sur ma peau. Fred me prépara ensuite une bouillie de son, si réconfortante et rafraîchissante, qui ne me blessa pas quand je la mangeai. Il me fit une caresse et s’en alla en refermant la porte du box.
Je soufflais amicalement en direction de l’étalon et du poulain, puis m’endormit en songeant que j’avais au moins gagné un ami…
Miiss-Loé

Sultan
Chapitre 2 : La perte des repères

Il faisait chaud, il faisait sombre. Je ne savais pas où j’étais. Il y avait d’autres chevaux, et quelques uns étaient, comme moi, allongés sur le sol. D’autre ne bougeaient même plus, aucun souffle ne sortait de leurs naseaux. Mes yeux s’habituèrent à l’obscurité, et je reconnus certains chevaux du troupeau ; il y avait les jeunes pouliches, et quelques vieilles juments. Lorsque je réussis enfin à me relever, je sentis que tout mon corps était engourdi. Le sol bougeait sous moi, les chevaux se piétinaient entre eux, et les plus craintifs tentaient de se cabrer. L’endroit dans lequel on était s’arrêta brusquement, renversant certains chevaux. Une porte s’ouvrit et la lumière du jour nous parvint. Derrière, les poulains poussaient pour nous faire sortir, devant, les étalons s’élancèrent à l’extérieur. Après avoir été bousculés plusieurs fois, certains tombèrent, et d’autre réussirent à s’en aller. Tous les équidés à terre se firent piétinés. Un fois dehors, la lumière m’aveugla, mais je continuai de galoper, pensant enfin retrouver ma liberté. Brusquement, quelque chose m’arrêta. Une barrière en bois était juste devant moi, m’empêchant de retrouver ma terre. Je regardai autour de moi ; il y avait beaucoup de chevaux, mais nous étions très serrés. Les humains nous firent rentrer dans des salles, un peu comme de grandes boîtes, on était deux ou 3 à chaque fois, poulains, jument et étalons mélangés. Je me retrouvai avec une jument de mon ancien troupeau et un jeune que je ne connaissais pas. La fatigue finit par l’emporter et je m’endormis profondément.
Je fus réveillé en sursaut par un homme. Il se tenait devant moi, une corde à la main. Il commença à s’approcher, et je tentai de l’en dissuader en baissant les oreilles. Il lança sa corde vers moi, elle passa autour de mon encolure et se resserra. Je pouvais me cabrer, tirer, cela ne changeait rien ; j’étais pris au piège ! Encore une fois ! Je fus sortit de l’endroit étroit où j’avais passé la nuit et on m’emmena en force vers un espace clôturé. J’avais beau me débattre, ces hommes réussirent à me mettre un lourd objet sur le dos. C’était gênant et désagréable, mais j’avais beau ruer pour m’en débarrasser, c’était solidement accroché à moi en dessous de mon ventre. Ils se mirent ensuite à plusieurs pour me tenir la tête et me m’enfilèrent un assemblage de corde et de fer sur la tête, j’avais un objet encombrant et froid dans la bouche. Un des humains pris un bâton et me monta sur le dos. J’essayai de me cabrer, de ruer, de le faire partir de mon dos, jusqu’à ce qu’enfin il tombe au sol. Des choses s’agitaient sur le côté, me laçant dans une course folle pour fuir à ces choses effrayantes. Une nouvelle fois, une corde m’attrapa, et, entraîné par ma vitesse, je m’effondrai au sol. Tout s’agitait très vite autour de moi, mes membres s’mêlèrent dans la corde et je ne pouvais plus me relever. Quand enfin je fus debout, un autre bipède vint sur mon dos, pour recommencer le même manège. Ces sauvages me frappaient avec leurs bâtons, ils me plantaient de morceaux de fer attachés à leurs pieds dans les flancs. Je sentis un peu de sang couler de mes naseaux, j’étais complètement essoufflé. Malgré tout, je continuais de me défendre contre ces créatures sans cœur qui me voulaient forcément du mal. Lorsqu’enfin ils eurent fini ce qu’ils me faisaient, ils me remirent dans la petite pièce obscure où ils prirent la jument. J’étais en sueur, j’avais chaud, soif et faim, et il n’y avait même pas de litière. Je me sentais mal, très mal.
Malgré ce malaise presqu’insoutenable, je me couchai à terre, relâchant mes muscles endoloris et courbaturés, puis je me laissa aller dans un sommeil profond, espérant me réveiller le lendemain de nouveau chez moi, dans mon troupeau, près de ma mère et de mes amis. Oui, ce n’était sûrement pas vrai, j’allais m’endormir, et tout ça s’effacerait. Il n’y aurait plus de sang sur mon corps, il n’y aurait plus de barrières, et surtout, il n’y aurait plus d’hommes. Il suffisait de fermer les yeux, d’attendre, et de les rouvrir. Fermer les yeux … C’est si simple …
£olliipop






La confiance et la peur : Partie I : La confiance

La confiance est un bien grand mot, qu'on peut traiter sous pleins d'angles différents...
Je vais "simplement" parler de la confiance cheval/cavalier.

Gagner sa confiance :
Sois zen avec ton cheval. Si tu es stressé, il le sentira et se raidira. Souris, respire profondément avant d'aborder un cheval.
Respecte-le. N'arrive pas en te jetant à son encolure, en ouvrant la porte à grand bruit. Le cheval n'aime pas vraiment qu'on se jette à son cou, ou qu'on ne respecte pas son espace vital, sa "bulle". Ne lui jette pas non plus la selle sur le dos, ne tape pas le mors contre ses dents, n'omet pas de curer les sabots de ta monture, ne retombe pas lourdement sur son dos quand tu montes. Toutes ces petites marques d'attention vont rassurer le cheval, qui t'accordera plus facilement sa confiance.
A cheval, donne des ordres bien clairs, ne te contredis pas. Le cheval en sera rassuré et se sentira en confiance.
Applique la méthode de la récompense plutôt que celle de la punition ; c'est à dire que tu ne fais rien lorsqu'il fait mal, et tu récompenses quand il fait bien. Comme on dit "Carotte vaut mieux que bâton". Il se sentira mieux dans sa peau et comprendra plus vite.
Rends lui visite régulièrement, tu instaures plus vite une relation de confiance lorsque vous êtes complices.

L'importance de la confiance :
La confiance en soi est importante, mais celle que tu as en ton cheval aussi. C'est évident que si tu ne fais pas confiance à ton cheval, il ne te fera pas confiance et ça se passera beaucoup moins bien.
Lorsqu'on est sur un cheval, notre équilibre se centre au niveau du bassin. Si on est en confiance, on va pouvoir augmenter l'accompagnement du bassin et notre équilibre. Si on a peur, on se crispe, on accompagne moins, on rebondit dans sa selle, on s'accroche aux rênes, le cheval se raidit...Bref, c'est la cata'.
Pour se détendre, il faut respirer. Inspire profondément et expire longuement, et tu verras, ça marche...tu te détends et ton cheval aussi par la même occasion.
Si tu fais confiance à ton cheval, tu te relâcheras plus facilement, et vous vous sentirez tous les deux mieux. Tu as sans doute remarqué qu'avec le gentil poney qu'on connaît depuis des années et des années, on n'a peur de rien. Eh oui ! Parce qu'on a confiance en lui. La confiance s'acquiert avec le temps et ce n'est pas en une séance qu'on l'obtient.

Reconnaître la confiance :
Un cheval confiant marche d'un pas assuré, même rênes longues. Il est détendu mais prêt à réagir. Il mâche son mors et a l'encolure détendue. Il ne sursaute pas au moindre bruit, et si quelque chose l'effraie, il n'a pas une réaction disproportionnée. Il a les oreilles droites, attentives au cavalier. En main, il suit son cavalier calmement mais sans hésitation.

Reconnaître quand il est inquiet :
Il est tendu lorsqu'il est monté. Il trottine, fait des écarts, pile net quand il croise quelque chose qui l'effraie. Il a la tête haute, l'encolure relevée, il est crispé, prêt à détaler. Il résiste aux actions du cavalier.
Ses naseaux sont dilatés et ses yeux écarquillés. Il hennit souvent pour appeler ses congénères. En main, il sautille, fait des bonds, ne tient pas en place.

Quelle race ?
Certaines races sont plus calmes que d'autres, elles sont dites "sang froid", comme le quarter horse. Elles ont été sélectionnées dans le but de travailler calmement. Elles sont tranquilles, posées et ne s'affolent pas facilement;
Les races plus nerveuses sont dites "près du sang", comme le pur-sang arabe. Elles s'affolent plus facilement et sont plus réactives. Elles ont été sélectionnées pour leurs performances sportives (vitesse, endurance...).
Mais avant tout, pour se sentir en confiance, il faut choisir un cheval avec lequel on a un bon feeling, avec lequel le contact passe.
On peut très bien être en totale confiance avec un pur-sang arabe et ne pas s'entendre avec un quarter horse. Tout dépend ensuite aussi des objectifs que l'on a.
En bref, pour se sentir en confiance, il faut choisir le cheval avec lequel on s'entend bien et le respecter.
Miiss-Loé






Et voilà, c'est terminé. Chers lecteurs, j'espère que ce numéro du Sabots' Mag vous a plu, plus long que le précédent, un peu trop peut-être ? N'hésitez pas à donner votre avis, je remercie sincèrement Miiss-Loé et £olliipop, au risque de me répéter, car sans elles, je n'aurais jamais pi publier autant de contenu.
De nouvelles rubriques sont en projet dans ma petite tête, si vous avez des idées, des propositions, faites les moi parvenir, je me ferais un plaisir d'intégrer au Sabots' Mag les réclamations des lecteurs. Merci de nous avoir lues !
HL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby
Poney amateur
Poney amateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4301
Age : 21
Prénom : Maëlle
Nom des chevaux : Mille or ~ (Papia)
Localisation : 49

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 21:54

J'ai lu tout ce que j'avais pas mis, Et ben c'est top je trouve =) T'as fait du bon boulot, encore une fois ! Bravo moi je dis =)

_________________
« Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie. » [John Lennon] ... ♥ Mille or & Papia

"Our love would be forever. And if we die. We die together."
(L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xx-Miiss-Horse-xx.skyrock.com
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 22:03

Merci, mais je rajoute encore une fois que sans toi et Miiss-Loé, ça ne serait pas aussi bien :].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mlle Caramel

avatar

Féminin Nombre de messages : 62
Age : 21
Prénom : gwenaelle

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 22:33

Super comme toujours ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cirocky
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 621
Age : 26
Prénom : Cindy
Nom des chevaux : Pleins de chevaux de coeur
Localisation : Alsace (67) - France

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 23:06

L'histoire est très prenante ! Very Happy

L'exercice du reculer est également bien expliqué ! Smile

Et si vous voulez jpeux ouvrir un post moi sur la St-Valentin Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amour-des-chevaux.fr-bb.com
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 15 Fév - 23:55

Merci. Mais je t'en prie, poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nelthus
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8610
Age : 29
Prénom : sarah
Nom des chevaux : (Nelthus) Quero, Roberto & Irma
Localisation : meuse

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Mar 16 Fév - 17:05

Je trouve ce numéro encore plus complet que les autres, c'est vraiment super ce que vous fetes les filles

j'adore beaucoup l'article de la confiance, et le reculé et bien sur la nouvelle, et vous allez finir par faire une série qui va passer à la télé Laughing n'a déjà le titre les 4 sabots Laughing

_________________



I love you Mes lous simplement I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quero-des-jacquets-bis.skyrock.com/
Inês & Acero
Poney de club
Poney de club
avatar

Féminin Nombre de messages : 990
Age : 23
Prénom : Inês
Nom des chevaux : Acero
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Mar 16 Fév - 20:01

Il est super bien ce numéro =D
Bravo à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chrysalide
Poney amateur
Poney amateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 3898
Age : 22
Prénom : Loélia
Nom des chevaux : Bad Boy
Localisation : France

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Mer 17 Fév - 14:00

Merci les filles ! Very Happy Et puis bravo à toi HorseLatitudes pour tout le boulot que tu fais cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vi'
Poney de club
Poney de club
avatar

Féminin Nombre de messages : 1427
Age : 23
Prénom : Virginie
Nom des chevaux : Undara
Localisation : Suisse, Genève

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Mer 17 Fév - 21:44

Super J'adore Bravo a Vous ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Nimroch
Cheval de concours
Cheval de concours
avatar

Féminin Nombre de messages : 14244
Age : 27
Prénom : Cynthia
Nom des chevaux : Bambou

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Jeu 18 Fév - 21:59

Génial ce nouveau numéro Very Happy !!!

J'avoue, j'ai pas encore tout lu, mais je kifouille Very Happy
Very good job Wink

_________________


I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mad Girl
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 6636
Age : 26
Prénom : Mélod'
Localisation : Lorraine (54)

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Jeu 18 Fév - 22:05

J'ai tout lu, et franchement bravo à vous les filles et surtout merci pour votre implication pour le Sabot Mag I love you

_________________


« Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.
Tu seras pour moi Unique au monde.
Je serai pour toi Unique au monde... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
'Telle.
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 3645
Age : 25
Prénom : Estelle
Localisation : Hérault (34) - Lyon (69)

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 21 Fév - 12:24

Encore mieux que la précédente =)
J'aime, J'aime, J'aiiime !

Très bien fait !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laptitesid
Poney de club
Poney de club
avatar

Féminin Nombre de messages : 1402
Age : 27
Prénom : claire
Nom des chevaux : océane
Localisation : alsace

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 21 Fév - 16:59

extra! j'ai adoré! j'ai pas pris le temps de lire la nouvelle! mais j'ai adoré vos autres articles! ils sont supers interessants!
un autre! un autre ! un autre!!!
hihi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laptiteOcE-eTsaClairette.skyrock.com
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 7 Mar - 18:18

Bon, au risque de me répéter une énième fois, j'attends de quoi publier encore une belle édition du Sabots Mag la semaine prochaine. J'attends la suite de la nouvelle et la suite de l'article de Miiss-Loé sur la confiance. J'ai aussi besoin de savoir si quelqu'un s'occupe des autres rubriques, à savoir : la fiche race, techniques & exercices, quoi de neuf, et bien sûr, tout autre article est bon à prendre. J'attends vos MP Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
'Telle.
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 3645
Age : 25
Prénom : Estelle
Localisation : Hérault (34) - Lyon (69)

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 8 Mar - 0:50

Allez les gens, on s'motive !!
Et on écrit pleins de petits articles pour Sush' !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Lun 8 Mar - 22:13

Merci pour ta contribution Telle =D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby
Poney amateur
Poney amateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4301
Age : 21
Prénom : Maëlle
Nom des chevaux : Mille or ~ (Papia)
Localisation : 49

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Sam 13 Mar - 13:51

J'ai demandé à Loé d'écrire ma partie de la nouvelle, j'aurais franchement pas le temps, j'ai une semaine de cours à rattraper, et mon dossier d'Italie (remarquez que là je passe tout en faisant la tonne de devoirs que j'ai pour lundi ...)

_________________
« Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie. » [John Lennon] ... ♥ Mille or & Papia

"Our love would be forever. And if we die. We die together."
(L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xx-Miiss-Horse-xx.skyrock.com
Chrysalide
Poney amateur
Poney amateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 3898
Age : 22
Prénom : Loélia
Nom des chevaux : Bad Boy
Localisation : France

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Sam 13 Mar - 23:19

La nouvelle avance péniblement, j'ai du mal pour l'inspiration et en plus y'a celle de Maëlle à écrire ^^ Je vais y arriver, je peux le faire xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 14 Mar - 13:26

Ben, si ta partie est assez longue, je pense qu'on s'en contentera. Fais déjà ça, ce sera bien, et n'oublie pas de m'envoyer l'article sur la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Nimroch
Cheval de concours
Cheval de concours
avatar

Féminin Nombre de messages : 14244
Age : 27
Prénom : Cynthia
Nom des chevaux : Bambou

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 14 Mar - 14:08

Moi je vais ptètre essayer de faire un truc, mais je ne sais pas quand Razz !!

Déjà que là je suis en retard dans ma gestion de la partie concours Razz !!
M'enfin si ça n'est pas pour ce numéro, ça sera pour le prochain Wink

_________________


I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HorseLatitudes
Poulain
Poulain
avatar

Féminin Nombre de messages : 625
Age : 27
Prénom : Sushi

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 14 Mar - 21:16

Oui non mais, assume déjà tes responsabilités hein, je comprends que tu aies des choses à faire. De toute façon, le quatrième numéro sort demain, donc j'imagine que là c'est trop court. Mais quand bien même, si jamais tu t'ennuies un jour, tu sais que tu peux m'envoyer ce que tu veux quand tu veux :].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élise
Poney de club
Poney de club
avatar

Féminin Nombre de messages : 1904
Age : 18
Prénom : Élise
Localisation : NPDC

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 14 Mar - 21:17

Il est trop bien Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Nimroch
Cheval de concours
Cheval de concours
avatar

Féminin Nombre de messages : 14244
Age : 27
Prénom : Cynthia
Nom des chevaux : Bambou

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 14 Mar - 22:43

HorseLatitudes a écrit:
Oui non mais, assume déjà tes responsabilités hein, je comprends que tu aies des choses à faire. De toute façon, le quatrième numéro sort demain, donc j'imagine que là c'est trop court. Mais quand bien même, si jamais tu t'ennuies un jour, tu sais que tu peux m'envoyer ce que tu veux quand tu veux :].

Oui en effet, ça ne sera pas bon pour demain Razz !! Là j'ai pas eu bien le temps avec la fac Wink !!
Mais bon, je pense pouvoir préparer quelque chose pour le prochain numéro Wink !! Enfin j'espère ^_^

_________________


I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sanspseudofiix
Jeune cheval
Jeune cheval


Féminin Nombre de messages : 6372
Age : 22
Prénom : F

MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   Dim 25 Avr - 14:28

J'ai tout lu ^^
Grâce aux informations données, j'ai vu que Lewis ne faisait plus parti de la race Shetland vu qu'il fait 1m10 à peu près lol
ça m'a permis de lui apprendre également le reculer hii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sabots' Mag, troisième du nom.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sabots' Mag, troisième du nom.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Troisième paupière d'Epice apparente...
» Comment vivre l'arrivée d'un troisième chien ?
» troisième paupière
» Adoption d'un troisième chat : mauvaise idée ?
» 1AS troisième trimestre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux 4 Sabots ! :: Le forum :: Sabots' Mag-
Sauter vers: